Ayurveda

Ayurveda-épicesIl m’arrive de regarder les gens et de me demander quel est leur dosha. Je fatigue les membres de ma famille avec mes analyses et conseils du genre tu es sûr.e que tu veux manger ça ? c’est pas bon pour ton dosha. Ou avec mes explications comme quoi je ne peux pas manger ça car ça peut aggraver mon kapha. Ou encore – ça va ? Je peux t’expliquer l’importance des cinq éléments dans l’ayurveda ? Parfois je vois qu’ils doivent vraiment se retenir pour ne pas me dire de me taire. Certes, je suis sans doute un peu perchée et ma famille n’en peut plus de moi mais c’est tout simplement parce que j’ai découvert l’ayurveda et ce sujet me passionne. Mais pas que.

J’ai commencé avec les termes dosha, kapha, cinq éléments, ayurveda, comme si ces termes étaient évidents pour tout le monde. Certaines personnes de mon entourage me diraient quoi encore ???  Bref.

Quel est votre position ? Connaissez-vous le mot ayurveda ? Avez-vous déjà entendu ce mot prononcé par une personne passionnée de yoga ? Vous vous êtes peut être dit qu’elle parle des étoiles ou des constellations?? Peut-être même qu’elle est un peu à côté de la plaque car elle vous parlait des éléments et des constitutions en soulignant leur importance ? Si vous n’êtes pas familier avec le terme ayurveda, cet article est là pour vous.

Je voudrais consacrer cet article à l’ayurveda car je pense que c’est une notion qui mérite d’être connue partout. Éclairée. Expliquée et comprise. Car c’est seulement en connaissant quelque chose que l’on peut se créer une opinion et éviter de glisser dans un jugement.

Sans être une experte en la matière, je me suis familiarisée avec les concepts clés de l’ayurveda et j’aimerais les exposer en guise de résumé de ce que j’ai aprris. Je vous souhaite une bonne lecture.

Ayurveda, késako ?

Commençons avec la définition du mot ayurveda (en sanskrit, ayur signifie la vie et le veda signifie la science, on peut donc traduire ce terme comme la science de la vie ou de la longévité). Il s’agit de la médecine indienne traditionnelle, qui est connue en Inde depuis des millénaires (5000 ans) . Alors en ce qui concerne les médecines traditionnelles, c’est toujours un peu le même concept, on est d’accord – une connexion plus étroite avec la nature et l’alimentation par rapport à la médecine allophatique (la médecine conventionnelle).

Ayurveda est une science très ancienne. De plus ce n’est pas seulement la médecine, c’est également une philosophie et avant tout un ensemble de règles pour une vie épanouie et paisible. Il faut aussi dire que l’ayurveda est intrinsèquement liée avec le yoga. Si l’on étudie la philosophie du yoga, si l’on suit ses principes éthiques et la pratique physique et si l’on suit les règles de l’ayurveda également, on peut arriver à une plénitude de la vie. On peut faire l’expérience d’un épanouissement et du bien-être. Tout cela sonne très bien. Or, dans la pratique c’est un tout petit peu plus compliqué. Cela demande une pratique constante et une balance dans notre quotidien. Ce qui n’est pas toujours évident, surtout dans notre ère très rapide. Regardons maintenant le principe de base de l’ayurveda et les concepts clés de cette médecine traditionnelle indienne.

Je vais aborder les concepts clés de l’ayurveda qui me semblent universels. En ce qui concerne les détails, j’invite les lecteurs intéressés par l’ayurveda à consulter des ouvrages des spécialistes de l’ayurveda.

Principe de base

L’ayurveda nous enseigne qu’une bonne alimentation et une bonne hygiène de vie peuvent nous procurer l’équilibre, le bien-être et la longévité. Comment y arriver ? Il faut surtout éviter les excès des choses qui pourraient être nuisibles pour notre santé (comme le sucre par exemple). Ensuite il faut penser aux exercises physiques pour rester en forme. Il ne faut également pas oublier l’importance des relations et la façon dont on interagit avec notre entourage. Si l’on veut être calme et épanoui on ne va certainement pas y arriver si l’on laisse le stress régner dans notre quotidien.

5 éléments

On trouve en ayurveda 5 éléments de base. Il s’agit de la manifestation physique de l’énergie. Ces cinq éléments sont l’éther ( l’espace ou le ciel), l’air, le feu, l’eau et la terre. Ils sont présents dans tout le matériel et constituent l’univers.  Ayurveda accorde une grande importance à ces 5 éléments.

Doshas

Les doshas sont un peu l’essence même de l’ayurveda. En effet, dans l’ayurveda, les cinq éléments mentionnés ci-dessus sont manifestés également dans les constitutions corporelles et déterminent la personnalité et l’apparence physique de chaque être humain. Selon les éléments et leur interaction, on divise les doshas de manière suivante:

Vata – l’éther et l’air.

Pitta – le feu et l’eau.

Kapha – l’eau et la terre

On a également les mélanges des doshas – vata-pitta, pitta-kapha, kapha-vata et vata-pitta-kapha.

Quel est le principe ? Lorsqu’on essaie de trouver notre dosha (il y’a de nombreux tests sur Internet mais ils restent approximatifs), on répond à plusieurs questions qui concernent notre corps physique, notre apparence mais aussi notre caractère. Il y a souvent un dosha qui prédomine. Les éléments qui déterminent le dosha vont se manifester dans la constitution par leurs propriétés. Pour donner un exemple, le dosha vata est un mélange de l’éther et de l’air. Ces deux éléments vont agir sur la constitution et sur les préférences. Les personnes de type vata peuvent par conséquent être souvent  en mouvement, et avoir une constitution plutôt légère.

Lorsque l’on connaît notre constitution, l’objectif c’est de ne pas aggraver notre dosha prédominant mais de chercher un équilibre.

Exemple : mon dosha prédominant est le kapha. Si je ne veux pas aggraver ce dosha prédominant, je dois veiller à ne pas consommer trop d’aliments qui aggravent le kapha dosha. Par exemple je devrais limiter les produits laitiers ou consommer moins de féculents. Quand le kapha dosha est hors balance, cela peut entraîner la léthargie et l’absence de l’activité par exemple.

En effet, il y a tout une liste des aliments qui sont à favoriser pour chaque dosha mais parfois il faut aussi savoir s’adapter. Dans l’ayurveda, une grande importance est également accordée aux goûts. On y reconnaît six goûts – sucré, acide, salé, piquant, astringent et amer. Là encore chaque goût est à préfèrer par les doshas respectifs. Par exemple, le goût épicé peut aggraver le dosha pitta (feu+eau) tandis que le goût sucré peut balancer le dosha vata mais aggraver le kapha. La règle d’or – le semblable attire le semblable. Pour balancer le dosha, on doit donc veiller à ne pas aggraver le dosha prédominant mais plutôt de chercher à l’équilibrer avec les autres doshas. 

Hm. Bien que cela puisse paraître un peu métaphysique, j’y ai beaucoup réfléchi et j’ai trouvé que c’est très logique en fait. Imaginez le nombre de personnes sur la terre. Sept milliards ? Vous n’allez pas trouver deux personnes identiques. Nous sommes pareils car nos corps fonctionnent sur le même système. Et pourtant. Chacun d’entre nous est différent. Je ne sais pas, c’est exactement ce que je trouve vraiment intéressant  dans l’ayurveda. C’est que chaque individu est considéré comme unique. Chaque individu a une constitution différente mais c’est le même être humain.

Creusons un tout petit peu en profondeur. Chaque partie du corps est également lié à un dosha. Par exemple la digestion c’est le pitta car le feu digestif est nécessaire pour le processus de la digestion. L’âge est également lié à des doshas particuliers. L’enfance, c’est le kapha, l’âge adulte le pitta et l’âge de la retraite c’est le vata. Sont liées avec ces étapes de la vie également les problèmes que l’on peut rencontrer. Par exemple, pendant l’âge adulte (pitta), on peut avoir des problèmes de digestion tandis que pendant la vieillesse, on est plus sensibles au niveau des articulations (le lieu de vata dosha).

Gunas

En ce qui concerne le côté plus subtile de l’ayurveda, j’aimerais évoquer le principe des trois gunas. Les gunas sont les attributs du mental, c’est en effet la façon dont l’énergie circule dans l’univers. Cette circulation de l’énergie donne les attributs aux humains qui se reflètent dans leur comportement et dans leurs interactions avec les autres.

Sattva est le guna qui se situe plus près de la conscience. Sat signifie l’essence en sanskrit. C’est donc la vérité, la pureté et la légèreté. Cela se manifeste par un comportement conscient. Les personnes sattviques accordent une grande importance à la spiritualité, elles aident volontairement les autres et ne sont pas attachées aux choses matérielles.

Rajas est caractérisé par le mouvement et un certain attachement à l’action. Comment cela se reflète dans le caractère d’une personne rajasique ? Ces personnes sont plus extroverties et très actives. Elles exercent souvent des métiers prestigieux et elles ont un bon statut social.

Tamas est le guna de la non-action, de la passivité, de la lourdeur. Les personnes tamasiques sont assez égoïstes et inactives. Elles n’accordent pas d’importance à la spiritualité et à la conscience.

Bien que cette distinction puisse paraître quelque part assez restrictive, ce n’est pas vraiment le cas. L’enseignement de l’ayurveda propose au contraire la possibilité de modifier la présence de ces gunas par des pratiques telles que le yoga ou la méditation ou encore par la modification des aliments consommés et le mode de vie en général. Avec la pratique de yoga je m’aperçois par exemple que j’arrive à avoir plus de compassion avec les personnes qui m’entourent et avec moi-même.

Ayurveda et l’occident

J’aimerais résumer cet article avec une réflexion sur le lien entre l’ayurveda et la société occidentale. Bien que le terme ayurveda ne soit pas connu par le grand public, on assiste tout de même à une certaine expansion de ce terme dans l’occident. Sans doute grâce au yoga, qui est désormais très présent dans notre société.

Peut-on dire que l’ayurveda est à  la mode dans l’occident ? Sans doute. On trouve des produits ayurvédiques dans les magasins bio, c’est très tendance, peut-être même un peu… bobo ? Certes, il faut rester vigilant face aux stratagèmes du marketing car souvent les produits ayurvédiques ne sont pas donnés. Je ne dénigre pas ces produits ou le marketing autour car il m’arrive de les acheter de temps en temps. Or, comme avec tout ce qui est à la mode, l’occident peut parfois oublier le vrai sens des termes. Le message que ces philosophies communiquent.

Je pense que la réponse ne se trouve pas toujours à l’autre bout du monde. Bien que tous ces produits soient géniaux, nous avons certainement des alternatives plus près de chez nous, sur notre continent ? La nature offre une richesse remarquable de l’énergie et de plantes, même chez nous.

Je pense que l’important c’est de ne pas s’enfermer dans la théorie mais penser plutôt à adapter les principes atemporels de l’ayurveda dans notre quotidien chez nous. Ces principes sont connus – l’essentiel, c’est une prise de conscience de notre alimentation, de nos modes de vie. Peut-être avons-nous besoin de vivre plus dans l’instant présent ou passer plus de temps dans la nature pour puiser de l’énergie? C’est dans ces points que l’ayurveda dépasse les continents et les époques. Prendre soin de soi-même, penser à son corps et trouver le fil de lumière invisible qui nous connecte avec les autres et avec la vie.

La médecine allophatique et l’ayurveda ?

Selon Vasant Lad (un médecin ayurvédique très connu), ces deux types de médecines peuvent se complémenter afin de toujours donner l’accès au plus de connaissances possible. C’est également une constatation intéressante.

Conclusion

J’aurais voulu évoquer beaucoup plus de termes sur le sujet de l’ayurveda mais je me contente de ce texte qui résume brièvement les concepts clés. De plus je remarquais une certaine difficulté à mettre mes pensées en mots car, soyons honnêtes, je n’ai même pas frôlé la surface de ce vaste sujet qu’est l’ayurveda. Ça m’amuse de voir à quel point c’est complexe et différent de ce que je connais de mon éducation précédente.

Merci pour votre lecture. Si vous avez des remarques, des réfléxions ou une expérience à partager avec l’ayurveda, je vous invite à vous exprimer dans les commentaires.

Namaste 🙏

💚

 

Sources

  1. ) Vasant Lad, Ayurveda : Science de l’autoguérison
  2. ) Mark Stephens, Teaching Yoga, Essential Foundations and Techniques
  3. ) RFI,  Le goût du monde, Nourrir son âme et son corps avec l’ayurveda http://www.rfi.fr/fr/emission/20191109-gastronomie-alimentation-inde-ayurveda-science-medecine-ame-corps

4 réflexions sur “Ayurveda

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s