Slovaquie, le pays qui découvre la démocratie

Bâtiment nord de la Slovaquie
Les bâtiments à Zilina, la ville dans le nord de la Slovaquie

Cette année, nous célébrons 30 ans depuis la révolution de Velours de 1989. Suite à la révolution de velours, la Tchécoslovaquie a connu la chute du communisme. La Tchécoslovaquie a ensuite été divisée et ainsi est née la République Slovaque le 1er janvier 1993. Je suis née en Octobre 1992, donc après la révolution de velours. Je ne peux pas par conséquent vous donner mes impressions de cette époque. Ce dont je peux parler, c’est ce que j’ai appris à l’école, ce que mes proches m’ont raconté sur le communisme et comment chacun d’être eux à vécu cette période de l’histoire de la Slovaquie.

Je peux également parler de ce que j’ai vécu dans un pays en transition, car le changement ne se fait pas du jour au lendemain. Que faire lorsque le régime change ? La Slovaquie est devenue libre après des siècles de l’oppression. On entre dans une nouvelle ère. L’ère de la démocratie. La Slovaquie fait partie de l’Union européenne et elle connaît une croissance économique relativement intéressante.

Dans cet article, je voudrais me concentrer sur les vestiges du communisme dans la société actuelle slovaque et sur la spécificité de cette jeune démocratie. Je voudrais également parler de la France. Ça fait une dizaine d’années que j’ai eu la chance de découvrir la mentalité française. Or, ce n’est que depuis peu de temps que j’ai vraiment eu la possibilité de vivre le quotidien français tel quel, en ayant la chance de voir de près comment les Français vivent. Avant, je n’avais que de brefs aperçus du quotidien des Français. Ce qui m’intéresse et ce qui me passionne, ce sont les différences culturelles. Comment un étranger se sent-il lorsqu’il vient en Slovaquie ? Et vice-versa, quelles différences je ressens lorsque je vais en France ? C’est également autour de cela que je voudrais esquisser ma réflexion.

Cet article n’est pas une critique, je ne cherche en aucun cas à dénigrer quelque chose. Je voudrais tout simplement décrire ce que je vois, ce que j’ai vécu en ce qui concerne les traces de l’ancien régime en Slovaquie. Mais il ne s’agit que de mon interprétation, je vous invite à faire votre propre avis si un jour vous visitez la Slovaquie.

Le temps

Ce n’est peut-être qu’une impression, mais je dirais que notre approche au temps est bien différente de celle des autres pays. Nous sommes toujours pressés car depuis toujours, nous devons respecter plein d’horaires différentes. Les transports, les cours, les repas… Je me souviens que quand j’étais petite, on mangeait toujours à une heure exacte, je crois que c’était à midi. De plus, on mangeait très vite. Vous allez me dire que c’est partout pareil pour les gens qui travaillent, il y a 30 minutes ou une heure de pause donc où est la différence ? C’est tout simplement le fait que la majorité d’entre nous mange si vite en général. Nous n’avons pas la même culture de table que les Français. Certes, ceci ne peut pas s’appliquer sur tous les Slovaques, je n’essaie pas de généraliser une impression. Mais quand vous assistez à un grand repas en Slovaquie, vous pouvez clairement voir la différence.

Une autre chose qui s’avère intéressante et qui est liée au temps est le fait que nous pensons beaucoup au travail. Quand on s’assoit à table, on pense déjà à ce qu’on aura à faire après. C’est comme si on avait peur de juste ne rien faire, de vraiment profiter de ce temps de pause. Ce sont surtout les personnes âgées qui pensent beaucoup à tout ce qu’il faut faire. Certes, nous savons nous reposer mais cette activité aussi à ses horaires spécifiques. Je ne me suis jamais rendue compte à quel point l’horloge règne dans la société slovaque, jusqu’au moment où j’ai vu une approche différente au temps en France. Il est évident que les personnes qui travaillent n’ont pas beaucoup de temps mais je dirais qu’une fois qu’on sort du travail, on pourrait s’accorder un moment de détente, sans forcément chercher une autre occupation. C’est l’impression que j’ai et je pense qu’on devrait avoir plus de compassion avec soi-même et apprendre à ne rien faire pour vraiment nous reposer.

La confiance

Un autre point que je voudrais aborder est la confiance dans la société. J’ai l’impression qu’ il est un peu plus difficile pour les Slovaques de faire confiance aux inconnus et peut-être juste faire confiance en général. Ce n’est pas étonnant dans un pays qui ne connaît la démocratie que depuis quelques décennies. Il est également plus difficile de sourire aux gens dans la rue car souvent les gens ne sourient pas beaucoup. Je trouvais toujours que les gens dans mon pays ne souriaient pas assez. Un jour quand je suis rentrée de France, je me suis rendue compte de quelque chose. Si moi, je ne souris pas, pourquoi eux, ils devraient sourire ? Alors j’ai essayé de sourire, et ça a marché ! Les gens souriaient plus facilement. Finalement le plus important, c’est ce à quoi on prête attention. Si ce sont des sourires, on en verra beaucoup. Si au contraire on se concentre plus sur les gens énervés, nous en verrons beaucoup plus. C’est à nous de choisir.

Comment est l’accueil en Slovaquie ?

L’accueil n’est pas toujours chaleureux en Slovaquie à première vue. Surtout si vous utilisez les transport en commun où on vous dit rarement bonjour en règle général. J’ai pris une belle habitude de dire bonjour aux conducteurs des bus en France et j’essaie de faire pareil en Slovaquie. Souvent je n’ai pas de réponse mais je ne désespére pas. Il y a des conducteurs qui répondent et cela me fait toujours plaisir. Quoi qu’il en soit, même si l’accueil n’est pas à priori chaleureux en Slovaquie, après un moment d’hésitation, les Slovaques s’avèrent être des gens très accueillants et prêt à vous aidez si vous avez besoin d’aide ou d’un renseignement.

L’architecture et l’approche à la nature

Il faut se le dire, il y a des traces énormes du communisme dans l’architecture en Slovaquie. Les bâtiments grisâtres, les blocs immenses avec les appartements, souvent pas en meilleur état, le fonctionnalisme était à son comble pendant la période du communisme. Le seul but était de construire et cela se reflète sur ces bâtiments qui ornent beaucoup de villes en Slovaquie. En ce qui concerne l’approche à la nature, je trouve que nous n’avons pas encore entièrement appris à considérer la nature comme une source précieuse de richesse. Je ne sais pas si cela est dû au communisme mais je trouve que la nature en Slovaquie n’est pas en meilleur état. Les paysages dans d’autres pays paraissent plus beau mais je pense que ce n’est qu’une impression. Il n’y a pas une belle et une moche nature. La nature est, tout simplement et c’est le comportement humain irrespectueux qui peut rendre un paysage moins agréable à regarder. Je vois que les choses changent, nous nous préoccupons de la nature de plus en plus et c’est une bonne chose.

Réflexion : la société slovaque actuelle

Espace vert nord de la Slovaquie
💚
Aujourd’hui, la Slovaquie est un pays avec une femme présidente, quelque chose à quoi personne ne s’attendait. C’est un petit pays qui commence à s’ouvrir au monde, qui est accueillant mais où la xénophobie et la peur de l’inconnu sont quand même assez présentes. Je pense que les libertés acquises après la révolution de Velours sont trop précieuses et leur acquisition ne devrait pas être oubliée.
Voilà mes impressions de la société actuelle slovaque. J’espère que la lecture vous a plu. Si vous connaissez la Slovaquie, n’hésitez pas à partager votre expérience.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s