Du Nicaragua au Guatemala – Traversée de la frontière

chicken-bus-au-nicaragua
Le chicken-bus que nous avons pris à Somoto. Notre aventure au Nicaragua se termine. Il nous restera des souvenirs inoubliables du temps passé dans ce beau pays.

Yes, nous avons réussi ! Nous sommes au Guatemala. Comment avons-nous traversé les frontières ? Laissez-moi vous raconter notre aventure.

Petite précision – il y avait des moments quand je ne savais pas exactement où nous nous trouvions. Je m’excuse pour les fléaux géographiques dans mon histoire.

Mercredi le 14 février

Nous voudrions rejoindre Guatemala de Nicaragua en passant par Honduras et El Salvador. Nous voulons y mettre deux jours et passer une nuit dans le sud d’El Salvador.

Somoto

D’après quelques locaux, il y a un bus direct pour El Salvador qui devrait coûter mas o meno 15$ par personne et passer par Somoto vers 8h00. Mais aujourd’hui il ne passe pas et personne ne sait pourquoi (peut-être parce que c’est la Saint-Valentin?). Nous devons donc trouver un autre moyen pour nous rendre à El Salvador.

Nous prenons le bus pour El Espinal (afin de pouvoir traverser la frontières du Honduras). Arrivés à El Espinal, nous devons payer 2$ par personne pour quitter le territoire du Nicaragua. Nous changons nos cordobas et nous continuons vers l’office hondurien de l’immigration. Nous devons payer 3$ par personne pour pouvoir entrer au Honduras. Notre prochain arrêt – San Marcos de Colon…

Le minibus avec la capacité de 12 personnes est prêt à partir. Dire qu’il est plein serait un euphémisme. Je suis assise sur la moitié d’un siège et mon sac à dos est sur le toit. J’espère que ce trajet de 15 kilomètres ne va pas prendre plus d’une heure…

Nous venons d’arriver à San Marcos de Colon et le bus a mis seulement 30 minutes pour faire le trajet. Nous prenons un déjeuner rapide et ensuite un autre bus pour Choluteca (nous voulons tous les deux que ça soit un chicken bus et pas un autre microbus).

Après le déjeuner

Un homme que nous avons rencontré ce matin (il va également à El Salvador), a trouvé un bus de San Marcos qui peut nous déposer près de la frontière ( le bus va en direction de Tegucigalpa). Le bus est super – avec de la climatisation, et chaque passager a son siège….

Il est à peu près 15h00, nous venons de descendre du bus et nous attendons le bus suivant. Mon copain vient de me ramener une boisson fraîche (dans une bouteille en verre consignée) et il rentre au bar pour regarder le match de football.

Je surveille les sacs à dos et j’observe ce qui se passe autour de moi. Mais, comment, le bus est déjà là ? Nous traversons la route et prenons le bus (un chicken bus cette fois) qui nous amènera encore plus près de la frontière. Je ne sais toujours pas où nous sommes. Après 15 minutes, nous devons changer le bus de nouveau, pour celui qui nous amène jusqu’à la frontière El Amatillo. Arrivés à la frontière, nous avons besoin d’un tampon de sortie du Honduras. C’est bon. Nous avons officiellement traversé Honduras et cela nous a coûte à peu près 12$ par personne en partant de Somoto (avec les frais aux frontières inclus). Nous traversons le pont et nous arrivons à l’office de l’immigration d’El Salvador. Apparemment, nous n’avons pas besoin de tampon. Nous entrons à El Salvador où nous voulons rester une nuit, pour nous reposer avant d’aller au Guatemala.

Nous prenons un bus de la frontière jusqu’à San Miguel pour 2$ et un trajet d’une heure et demie….

Nous sommes arrivés à San Miguel vers 19h00. Il faisait incroyablement chaud. Nous sommes allés à l’hôtel à côté de la gare routière et nous avons demandé le prix (15$). Nous avons décidé d’aller marcher un peu pour voir s’il n’y avait pas d’autres hotels ou hostels. Ce n’était pas une très bonne idée. Il faisait nuit, les rues étaient vides et nous avions nos sacs à dos. Quand nous sommes arrivés dans le centre-ville (à dix minutes à pied de la gare routière) nous nous sommes dit que le premier hôtel était sûrement le meilleur choix, car il était à côté de la gare routière.

        Jeudi le 15 février

Ce matin, après le petit-déjeuner, nous nous sommes rendus à la gare routière de San Miguel où nous avons pris un bus « direct » pour San Salvador (3$ par personne). L’homme qui vendait les tickets nous a rassurés que le trajet durerait deux heures et que le bus nous déposerait à la gare routière où nous pourrions prendre un autre bus pour la frontière du Guatemala.

A notre « grande surprise », nous avons fait un trajet qui a duré quatre heures, avec pleins d’arrêts qui ont à chaque fois permis à tous les vendeurs de monter dans le bus. Trop bien ! Bien entendu, quand nous sommes finalement arrivés à San Salvador, l’homme dans le bus nous a dit que nous devrions prendre un autre bus (municipal), pour nous rendre jusqu’à la station voulue. Afin de pouvoir prendre ce bus municipal, il fallait acheter une carte à 2$. Or, nous voulions tout simplement acheter juste un ticket chacun.

Après avoir esquivé le groupe de chauffeurs de taxi (tous prêts pour nous amener où nous voulions), nous avons demandé le monsieur qui travaillait à l’arrêt de bus municipal s’il pouvait nous aider. Il a demandé à une dame si nous pouvions utiliser sa carte pour nos deux tickets (il n’est vraiment pas possible de passer sans une carte car il y a des barrières). La dame était très gentille et elle nous a laissé utiliser sa carte. Nous avons pris le bus avec elle et elle nous a même montré ou nous devions aller. Quand nous sommes arrivés à la gare routière, nous avons appris que le dernier bus pour la frontière partait à 14h00. Il était à peu près 14:50 et du coup, le bus était déjà parti. Le réceptionniste nous a dit qu’il y avait un autre bus un petit peu plus loin.

Nous avons suivi ses instructions et nous sommes arrivés devant une porte très bizarre, où un agent de sécurité nous a dit qu’il n’y avait plus de bus pour la frontière. A ce moment-là, j’ai commencé à paniquer. Je ne me sentais pas du tout prête à chercher un hôtel et rester à San Salvador. Nous marchions, à la recherche d’une solution, quand un chauffeur de taxi nous a proposé ses services. Nous lui avons expliqué notre situation pendant que les autres passants arrivaient vers nous pour nous donner des conseils.

Finalement, nous avons appris qu’un bus partait pour la frontière d’un autre terminal (Terminal Norte). Nous voulions nous y rendre à pied mais c’était loin, nous avons donc pris un taxi car nous n’avions pas beaucoup de temps. Arrivés à Terminal Norte, nous avons trouvé le bus en question. Il allait dans la région d’Ahuachapan. De là, la frontière n’était pas loin. Il a fallu marcher une vingtaine de minutes dans la ville et nous avons trouvé le dernier bus, celui qui allait à la frontière du Guatemala (Las Chinamas).

Quand nous avons passé la frontière, il faisait déjà nuit et puisqu’il était assez tard, il n’y avait plus de bus reliant la frontière et la ville. La dame qui travaillait dans un office à la frontière, nous a aidé trouver une voiture qui allait à Jalpatagua, où nous pourrions nous arrêter pour passer une nuit avant d’aller à Antigua. Les personnes qui nous ont pris, nous ont même aidé trouver un hôtel à Jalpatagua.

Grâce à la gentillesse de plusieurs personnes, nous avons réussi à traverser les frontières du Honduras et d’El Salvador et arriver au Guatemala.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s