Notre découverte du Nicaragua continue

Notre volontariat d’un mois à l’éco-hostel à Leon terminé, nous avons fait nos sacs pour la dixième fois et nous avons quitté la ville. Nous voulions voir plus de ce beau pays et notre plan était assez précis.

Laguna d’Apoyo

Lac-végetation-tropicale-volcan
Laguna d’Apoyo, la vue du haut. Ce lieu était une très belle découverte. On a l’impression de se trouver sur une île alors que ce n’est pas du tout le cas. Magnifique expérience

Nous avons d’abord visité Laguna d’Apoyo, un superbe lac formé d’un cratère. Pour arriver jusqu’au lac, nous avons pris le bus de Leon à Managua. Arrivés à Managua, nous avons pris un autre bus en direction de Granada (sans devoir changer la gare, c’était la même, située à l’extérieur de la ville). Nous sommes descendus à côté de la route qui mène à Laguna d’Apoyo et nous avons pris un taxi pour arriver jusqu’à notre logement. Pour être vraiment précise, ce n’était pas un taxi mais les gens dans la voiture allaient dans le même endroit que nous. Le chauffeur, un gars local, a été d’accord de nous prendre pour 100 cordobas. Nous sommes restés dans un hostel qui s’appelle Peace Project. C’est un véritable petit paradis sur terre. Voici ma liste des choses que j’ai particulièrement appréciées à Peace Project :

  •  nature environnnante
  •  les singes dans les arbres
  • c’est juste en face du lac et la plage est superbe
  • les kayaks sont à disposition en libre service pour les clients de l’hostel
  • atmosphère locale
  • leur bibliothèque
  • les dortoirs
  • café et thé à volonté
  • les prix – même si Laguna d’Apoyo devient de plus en plus touristique, les prix ne sont pas exorbitants à Peace Project. Par contre, il n’est pas possible d’utiliser la cuisine, ce qui est dommage. Or, il est possible de manger les plats préparés par la cuisinière (petit déjeuner, déjeuner, dîner, smoothies…).

Il n’est pas très simple de se déplacer aux abords de Laguna d’Apoyo sans un véhicule, mais les taxis ne sont pas très chers (et les prix sont négociables :)) et il y a même quelques bus qui vont à Masaya. Nous avons essayé l’autostop mais ça n’a pas marché…

Visiter un volcan… Volcan Masaya

Nous sommes restés deux nuits à Peace Project car nous voulions aussi voir le cratère de volcan Masaya (le cratère s’appelle Santiago et Masaya est un volcan en activité). Nous avons un petit peu galeré au début, surtout pour avoir des informations sur les possibilités (pas chères) de nous rendre au cratère. Nous avons finalement réussi a nous y rendre sans payer pour un tour ou un transport trop cher. Pour arriver au cratère, nous avons pris le bus pour Masaya (l’arrêt de bus se trouve à côté de l’école, à quelques minutes de marche de Peace Project). A Masaya, nous avons pris un autre bus (à la même gare routière) en direction de Managua. Après dix minutes, nous sommes descendus à l’entrée du parc où se trouvait le volcan. Il est fortement conseillé de se rendre au cratère en voiture, en bus ou en navette car la route est en très bon état et il y a même un parking à côté du cratère. Nous avons pris une petite navette avec deux autres personnes. Cela nous a coûté 120 cordobas par personne. Nous avons également dû payer l’entrée dans le parc (100 cordobas par personne). En tout, nous avons mis à peu près une heure pour la visite – 10 minutes en navette pour arriver jusqu’au cratère où nous sommes restés 20 minutes (la navette nous attandait), ensuite le retour à l’entrée du parc avec un arrêt de 20 minutes au musée. En ce qui concerne nos impressions, c’était la première fois que nous pouvions voir un volcan en activité de si près. Forcément, nous étions impressionnés. Nous n’avons pas vu de lave, juste énormément de fumée et nous sentions beacoup de souffre. Pour l’argent que nous y avons mis, nous étions satisfaits.

Volcan-cratère-Nicaragua
Au cratère Santiago, volcan Masaya

Pour rentrer, nous voulions éviter de retourner à Masaya. Nous avons pris un bus directe pour Granada et nous sommes descendus à la route pour aller à Laguna d’Apoyo. Nous avons essayé de rentrer en autostop, mais ça n’a pas marché. Nous avons donc pris un bus, qui nous a déposé à la moitié du chemin. Nous avons marché un peu, nous nous sommes arrêté dans un bar avec une vue à couper le souffle sur le lac et ensuite nous avons marché pour rentrer à l’hostel. Après une heure de marche, nous avons pris un taxi car nous étions très fatigués.

Après deux jours à Laguna d’Apoyo, nous ne pouvions pas résister et nous sommes rentrés à Leon pour passer un peu plus de temps avec nos amis du volontariat.

Matagalpa

Nous avons quitté Leon après les au-revoirs et nous avons fait du stop jusqu’à Matagalpa. Nous sommes restés dans deux hostels – le premier s’appelle Martina’s place (nous y avons passé une nuit) et le deuxième était La Buena Onda (une nuit également).

Matagalpa est une grande ville montagneuse située au nord du pays dans la région réputée pour la production du café. Juste à l’entrée de la ville nous pouvions voir les usines de café. Nous avons vu le café car les graines doivent sécher après le lavage. Nous pouvions même sentir le café (il était peut-être torréfié au moment de notre passage). Il est possible de trouver de nombreuses communautés qui proposent les tours de café. Nous voulions faire un tour de café aussi mais avec un budget assez limité. Nous sommes donc allés à San Ramon et nous avons demandé quelques conseils à la personne dans le petit office de tourisme.
Il nous a parlé de la communauté La Reina qui n’était pas très chère. Nous avons donc pris un bus de San Ramon et nous sommes descendus à la communauté. Nous avons dû payer 2$ par personne pour entrer dans la propriété et si nous avons pris un guide, cela nous aurait coûté 7$ en plus.
Nous avons décidé de marcher sans guide et faire une petite randonnée. Nous avons trouvé un joli point de vue et même une petite plantation de café. Après la randonnée, nous sommes allés dans une maison ou nous avons déjeuné (50 cordobas par personne pour un plat local). C’était une expérience unique car nous avons mangé dans le salon d’une famille !

Arbres-arbustes-caféiers-végétation-tropicale
Notre visite d’une plantation de café authentique

Nous avons beaucoup aimé notre séjour à Matagalpa. Les deux hostels étaient propres et sympas. J’ai particulièrement apprécié La Buena Onda, pour leur cuisine spacieuse, un personnel à l’écoute prêt à vous aider et une bonne atmosphère. Par contre, si vous optez pour le lit moins cher dans la deuxième partie de l’hostel (7$ au lieu de 9$), soyez prêts pour le bruit des voitures et de la rue.

Après notre séjour actuel à Somoto canyon (qui mérite un post individuel), nous voulons passer la frontière du Honduras et El Salvador pour arriver à notre prochaine destination – Guatemala.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s