Le défi est lancé : Voyage zéro-déchet

Nature-colline-arbres
Cicmany, Slovaquie

Quand j’étais petite, je jouais. Comme tous les enfants. Bien sûr. L’un de mes jeux préférés était de faire ma valise. J’y ai mis toutes les choses que je considérais comme nécessaires, j’ai pris ma valise et je me suis assise sur l’escalier avec mon petit frère. Et le voyage pouvait commencer. Nous pouvions aller oú nous voulions. Nous nous sommes bien amusés, même si nous sommes restés assis sur l’escalier.

Voyager – mon rêve ?

Comme je grandissais, j’ai commencé à voyager pour de vrai. Je pense que je cherchais quelque chose, quelque part, et j’étais persuadée que je le trouverais en voyageant…

Je me suis bien amusée… J’ai rencontré beaucoup de personnes merveilleuses auxquelles j’ai du dire au revoir tellement de fois que j’ai fini par m’y habituer. Tous les endroits que j’ai visités, toutes les rencontres, m’ont fait comprendre que je n’avais pas besoin de chercher quoi que ce soit. Que j’avais déjà tout ce dont j’avais besoin. J’ai trouvé mon équilibre.

Qu’est-ce qui a changé ?

Quand j’ai arrêté d’avoir des attentes, les choses ont commencé à se mettre en place. J’adore toujours voyager mais je ne voyage plus seule. Pour moi, qui voyageais presque toujors seule, cela est un grand changement. Et je dois dire que c’est très agréable.

Pas de jugements

Une autre chose qui a changé est ma perception du monde. J’ai compris que juger les personnes, les situations ou les choses n’est pas nécessaire. Cette réalisation rend mon esprit libre et serein.

Zéro-déchet

J’étais toujours très inquiète pour l’environnement et l’ignorance des gens qui ne se préoccupaient pas de notre planète me mettait souvent en colère. Le sentiment que je ne pouvais rien changer était tellement fort que je trouvais inutile d’agir ou essayer de changer quoi que ce soit. Après un certain temps j’ai appris qu’on évolue en faisant de petits pas à tout moment. Les petits changements que je peux faire dans ma vie maintenant. Comme produire moins de déchets. Ou acheter moins de nouvelles choses. Ou composter les déchets organiques… C’étaient de petits pas que je pouvais faire. Quand je vois que ces petits changements ont un impact positif sur ma vie, je n’ai plus besoin de juger les autres. Je fais ce qui me fait plaisir et j’espère que les gens le voient. Critiquer n’est plus nécessaire.

Zéro-déchet et les voyages

Toutes les personnes qui essayent de vivre sans produire de déchets savent que cela exige beaucoup de planifications. Ce qui devient très simple une fois qu’on s’y habitue. Vous savez où aller pour acheter des aliments, vous connaissez les jours des marchés dans votre région. Mais en voyage ? Il est plus difficile de ne pas produire de déchets quand je suis en voyage (sans parler de moyens de transport ce qui me rend un peu obligée de réduire mon empreinte écologique en produisant le minimum de déchets).

Je dirais qu’il est relativement facile de faire zéro déchet en Europe. Mais je me demande si je vais réussir à tenir pendant notre prochain voyage en Amérique Centrale. Puis-je réussir à ne pas produire de déchets (ou au moins le limiter le plus possible)? On verra dans quelques jours. L’aventure commence à San José, Costa-Rica. Suivez-nous sur notre chemin.

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s